ORLAN Interview – Make Art with the Body

Editor's Note: The following interview was conducted in French by Picture This Post's trilingual editor, Mingyuan Dong. The interview in French can be found below the English translation.

Distorted cheekbones, popped-out eyeballs, widely-open lips with shining white teeth…

These are the sorts of visual elements we experience from French artist ORLAN’s new exhibit Weeping Women are Angry. The current exhibit takes place in Musée National Picasso Paris through 4 September, 2022. This is the Musée Picasso’s first project in their collaboration with contemporary artists. In this exhibit, ORLAN combines her photos and Picasso’s paintings to create hybridized photographs with the technique of collage. She represents various grieving women based on Picasso’s works, such as Dora Maar. This is not the first time ORLAN alters her body as an attempt to make comments on women’s bodies and status – she wants to be known for this.

Here, the artist ORLAN (O) speaks with Picture This Post (PTP) about her art practice and her current exhibit.

(PTP) Why do you use your body to challenge conventions in your artwork?

(O) Like many artists, I started with the traditional mediums (painting, drawing, sculpture...). But very quickly, I detached myself from them, because I did not want to be subjected to an artistic practice, a material, a technology, old or new. Instead, I wanted to say important things in our time. For me, the body is political, the private is political, and I am a body – nothing but a body, entirely a body. It is my body that thinks. Thus, going through the body seemed essential to me, especially since everyone has a body and can identify with another body.

Over time, I have differentiated myself because I always attacked social phenomena from a critical distance. In this way, I situate myself, question these new media, and ask the question: what can a body do? Where is the body going with a reflection on the body and new technologies? I am neither technophilic nor technophobic. I love living intensely in my time and always with this critical distance.

What specifically do you challenge using your body in your art practice?

I have questioned many social phenomena. In particular, I have questioned cosmetic surgery and the notion of beauty.

As far as plastic surgery is concerned, I used it to derange it, to question it. I wanted to do a surgical-performance-operation that was not supposed to bring beauty, but ugliness and monstrosity, supposedly to make me undesirable. However, after a time of great controversy and media scandal, many people cried out in horror "this is not art! All of a sudden, what I tried to say against the stereotypes started to be heard, and it is not uncommon for people to say to me: "ORLAN how beautiful you are!” I would say, "You didn't look at me properly, I have two bumps on my temples," and they would reply, "But they suit you very well".

For me, it is a great success because these bumps, which were the representation of horror, have become organs of seduction. They are my convertibles!

Would you consider your art practice as a form of activism?

I think every citizen has a responsibility. I do not like decorative or casual art at all, art that does not take any of the elements that currently construct us into consideration. You say that my practice is an activist practice, while some call it a philosophical practice, and others a sociological one... For me, it is art in the strict sense. However, I refuse to create it as if I were on a deserted island, without a past or a future. I like to have an attitude that leans towards a more open, more responsible project for society, as I always quote from Nietzsche: "We have art so that we do not die from the truth".

As I tackle social problems with the body and do not paint little flowers, I don't make works with the goal of decorating an apartment or selling them. Practically, all my works are manifestos and have often caused great media scandals (for example the artist's kiss, which is above all a sculpture that I reactivate....................................... (Bourriaud)

With the artist's kiss, I think of my life before and after. I was expelled from the school where I was a teacher to become a cultural animator. And many difficulties followed, including financial ones. I designed a pedestal and imagined the accessories I would place on it. Then, I cut some wood, bought accessories at the flea market, and looked for other stuff in the back of my mother's former decoration and display shop. During this time, I created one of my first photos of myself dressed as Madonna, as Saint ORLAN - I took the first photos for my work, Occasional Striptease with the Sheets of the Trousseau. In my lab, the black-and-white photos were made life-size, even slightly bigger. They were glued on wood and cut out.

The idea was to present on the same rolling pedestal painted in black lacquer: on one side, there was the life-size image of Saint Orlan glued on wood and cut out. In the front, a candle of 5 francs for Saint-ORLAN could be lit. On the other side, there was a sort of automatic dispenser created with a photo of my naked torso glued on wood and also cut out. I made the esophagus and the triangular pubis with metal-reinforced plastic. The latter was placed between my legs. It could receive the 5 franc coins when I was sitting on a high chair behind it.  I would become a sort of automatic dispenser of French kiss when the sculpture is activated.

Then, I installed a small red light bulb on the halo of one of my breasts. I had a battery power it and a mechanism to make it flash. I also glued some white letters in relief: on one side, Sainte-ORLAN, on the other, ORLAN-CORPS. On the front, I installed chrome letters indicating: The Artist's Kiss (Le Baiser de l'Artiste) with an aluminum chain as if they link the two images, the two stereotypes of women.

What inspired you for the current exhibit — Weeping Women are Angry ?

As far as Weeping Women are Angry is concerned, I wanted to talk about women in the shadows, including muses, models and inspirers, who have given much to the fame of our great masters. In my works, I created self-hybridisations. They are very different from all those I had done before (pre-Columbian, African, American Indian, Chinese...), which I had always treated in a very figurative way, resembling the normality of a face. However, this time, to say what I had to say and be heard, I made a sort of very rough collage. You could say they are like Hannah Höch’s works, which I like very much. I started with a painter, who has always amazed me with his qualities of innovative freedom, and has always renewed himself. I used portraits painted by Picasso, from Jacqueline Roque to Dora Maar, whom he always painted crying. I create my works by identifying myself with Dora Maar, but putting my eyes out of focus, my nose askew, my ear upside down, my mouth screaming, and my teeth very exaggerated, as if they are ready to bite.

Whom does this exhibit at Musée Picasso address?

I am not addressing Picasso, Jacqueline Roque, or Dora Maar because they are dead. I cannot put them on trial and let them defend themselves.

I am addressing all the women of today, who are suffering, who are in the shadows, who are crying, and who are unable to be seen. I advise them to change from being an object to a subject, emancipating themselves. Through the women’s tears, I wanted these works to show us the moment when everything changes, when women emancipate themselves: they no longer suffer, but reveal themselves to themselves, and to society.

 

For more information about the exhibition, visit the Musée National Picasso Paris website.

For more information about ORLAN, visit the ORLAN website.

 

Photos courtesy of ORLAN

Original interview in French:

Pourquoi est-ce que vous utilisez votre corps pour contester les conventions dans vos œuvres d’art?

Comme beaucoup d'artistes, j’ai commencé par les médiums traditionnels (peinture, dessin, sculpture…). Mais très vite, je m’en suis détachée, car je ne voulais pas être assujettie à une pratique artistique, à un matériau, à une technologie, ancienne ou nouvelle, mais je voulais dire des choses importantes à notre époque.

Pour moi le corps est politique, le privé est politique et je suis un corps rien qu’un corps entièrement un corps et c’est mon corps qui pense. Donc en passer par le corps me paraissait essentiel. D’autant plus que tout le monde a un corps et peut s’identifier à un autre corps. Au fil du temps, je me suis différenciée, car j’ai toujours attaqué des phénomènes de société avec une distance critique pour me situer et pour interroger ces nouveaux médias et se poser la question : que peut un corps ? Où va le corps avec une réflexion sur le corps et les nouvelles technologies ? Je suis ni technophile, ni technophobe. J’adore vivre intensément mon époque et toujours avec cette distance critique.

 

Qu'est ce que vous contestez spécifiquement avec votre corps dans votre pratique plastique?

J’ai interrogé de nombreux phénomènes de société en particulier, j’ai interrogé la chirurgie esthétique et la notion de beauté.

En ce qui concerne la chirurgie esthétique, je l’ai utilisé pour la dérégler, l’interroger. J’ai voulu faire une opération-chirurgicale-performance qui n’était pas censée apporter de la beauté, mais de la laideur et de la monstruosité, soit disant pour me rendre indésirable. Cependant après un moment de très grandes controverses et de très grands scandales médiatiques, beaucoup de gens criaient à l’horreur « ce n’est pas de l’art ! » Tout à coup ce que j’ai essayé de  dire contre les stéréotypes à commencer à être entendue et il n’est pas rare que l’on me dise : « ORLAN comme tu es belle ! » Je dis « vous ne m’avait pas bien regardé, j’ai deux bosses sur les tempes » et on m'a répliqué « mais ça te va très bien !» .

Pour moi, c’est une très grande réussite puisque ces bosses, qui étaient la représentation de l’horreur sont devenues des organes de séduction. C’est ma décapotable !

 

Pensiez-vous que votre pratique artistique était une forme d'activisme? Veuillez donner un exemple.

Je pense que chaque citoyen et citoyenne a une responsabilité et je n’aime pas du tout l’art décoratif ou désinvolte qui ne prend en considération aucun des éléments qui nous fabrique actuellement. Vous dites que ma pratique est une pratique activiste, certains disent une pratique philosophique, d’autres sociologique… Pour moi, c’est de l’art tout court, mais qui refuse de créer comme si j’étais sur une île déserte, sans passé et sans avenir. J’aime avoir une attitude qui favorise et travaille à un projet de société plus ouvert, plus responsable et je dis toujours la phrase de Nietzsche : « Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité ».

Comme je m’attaque avec le corps à des problèmes de société et comme je ne peins pas des petites fleurs et que je ne fais pas des œuvres dans le but de décorer des appartements ou avec le seul but de les vendre. Pratiquement toutes mes œuvres sont des manifestes et on souvent fait de grands scandales médiatiques (Par exemple le baiser de l’artiste qui est avant-tout une sculpture que je réactive........................ (Bourriaud)

Avec le baiser de l’artiste, je peux noter ma vie avant et après. J’ai été renvoyée de l’école dans laquelle j’ai été enseignante pour faire des animations culturelles. Et il s’en est suivi beaucoup de difficultés dont financières. J’ai dessiné un piédestal et imaginé les accessoires. Je suis allée faire couper du bois, acheter des accessoires aux puces et en chercher d’autres dans le fond de l’ex-magasin de décoration et étalage de ma mère, pendant qu’une de mes premières photos de moi travestie en Madone, en Sainte-ORLAN – reprenant la première photo créée pour « Strip-tease occasionnel avec les draps du trousseau » – était tirée grandeur nature et même un peu plus agrandie, en noir et blanc dans mon labo, collée sur un bois et détourée.

L’idée était de présenter sur le même piédestal peint en noir laqué et transportable grâce à des roulettes d’un côté l’image de Sainte-ORLAN grandeur nature collée sur bois et détourée devant laquelle il serait possible d’allumer un cierge pour 5 francs, pour Sainte-ORLAN et de l’autre une sorte de distributeur automatique créé avec une photo de mon torse nu collée sur un bois et détourée elle aussi, dont j’avais remplacé l’œsophage par un plastique armé de métal avec lequel j’ai construit aussi un pubis triangulaire. Ce dernier passait entre mes jambes et pouvait recevoir les pièces de 5 francs lorsque j’étais derrière, assise sur une chaise haute et je devenais une sorte de distributeur automatique de French kiss en activant la sculpture. Puis j’ai installé une petite ampoule peinte en rouge sur l’auréole d’un de mes seins et une batterie pour l’alimenter ainsi qu’un système pour qu’elle clignote. L’ensemble était joyeux et drôle, contrastant avec le côté austère des grandes photos en noir et blanc.J’ai également collé des lettres blanches en relief, d’un côté « Sainte-ORLAN », de l’autre « ORLAN-CORPS » et installé sur le devant des lettres chromées indiquant : « Le Baiser de l’Artiste » avec une chaîne aluminium comme pour enchaîner les deux images, les deux stéréotypes de femmes.

 

Qu’est ce qui vous a inspiré pour votre exposition actuelle — Les femmes qui pleurent sont en colère ?

En ce qui concerne, « Les femmes qui pleurent sont en colère… » , j’ai voulu parler des femmes de l’ombre entre autres les muses, les modèles, les inspiratrices, qui ont beaucoup donné pour la notoriété de nos grands-maîtres. J’ai créé avec ces œuvres, des self-hybridations, mais très différentes de toutes celles que j’avais faites avant (pré-colombiennes, africaines, amérindiennes, chinoises…) que j’ai toujours traité de manière très figurative et très ressemblantes à la normalité d’un visage mais là pour dire ce que j’avais à dire et être entendu j’ai fait des sortes de collages très brutes, on pourrait dire à la Hannah Höch, dont j’aime beaucoup l’oeuvre. J’ai commencé par un peintre qui m’a toujours époustouflé par ces qualités de liberté innovante et qui s’est toujours renouvelé et j’ai utilisé des portraits peints par Picasso de Jacqueline Roque à Dora Maar, qu’il a toujours peint en train de pleurer. En m’identifiant à Dora Maar mais en mettant mes yeux exorbités, mon nez de travers, l’oreille à l’envers, ma bouche en train de hurler, et les dents très apparentes, comme prêtes à mordre.

 

À qui s'adresse cette exposition au Musée Picasso?

Je ne m’adresse pas à Picasso, Jacqueline Roque ou Dora Maar, car ils sont morts. Je ne peux pas faire son procès et qu’ils se défendent.

Je m’adresse à toutes les femmes actuelles, qui subissent, qui sont dans l’ombre, qui pleurent, qui n’arrivent pas à apparaître et je leur propose de passer d’objet à sujet et de s’émanciper. J’ai voulu que dans ces œuvres, on puisse voir à travers leurs larmes un instant où tout va basculer, où elles vont s’émanciper, ne plus subir et se révéler à elle-même et à la société. Je remercie beaucoup Cécile Debray, directrice du musée Picasso, qui, à la vue de cette série, m’a invitée à être sa première exposition manifeste. Car, pour marquer son point de vue et son arrivée à la tête du musée Picasso, elle ne voulait pas et ne pouvait pas éviter les questionnements actuels par rapport au rapport homme/femme. Et si elle l’avait fait, ça aurait été très suspect. Bien sûr, c’est une grande prise de risque pour elle et une grande responsabilité pour moi.

 

Photos Courtesy of ORLAN

Mingyuan Dong

About the Author: Mingyuan Dong

Ming has lived in China, the United States, and France. She speaks the languages of all three of these countries, as well as German. With these tongues, Ming enjoys traveling, visiting art museums around the world, and discussing all kinds of art with fellow art enthusiasts.

Ming grew up studying drawing in studios. Today, Ming spends most of her time making art, or studying the arts. She especially enjoys making works about linguistics, the natural environment, and living situations.

Share this:

Make a Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.